La création d’une entreprise commence par une idée qui voit le jour. La conquête du business et l’inventivité vous tendent alors les bras ! Ce passionnant parcours débute avec un concept. Formalisez-le après une première réflexion - l'étude de marché - qui revêt par la suite l’aspect d’un business plan. S’ensuit la recherche de financements. Puis, différents choix et plusieurs démarches prennent le relais jusqu’à l’obtention du fameux sésame : l’extrait Kbis ! Ce déroulement structuré et méthodique est nécessaire afin de ne rien omettre. Pour que votre création d’entreprise soit une véritable réussite, suivez notre check-list, elle est composée de 7 étapes.

Au sommaire :

  1. La création d’entreprise : le projet
  2. L’étude de marché : quelle stratégie commerciale élaborer ?
  3. Le Business Plan
  4. Aides et financement
  5. Le choix du statut juridique
  6. Les formalités administratives de la création d’entreprise
  7. Décollage du Business

1. La création d’entreprise : le projet

Idee-creation-d-entreprise-1
Une création d’entreprise implique un désir de rupture avec une activité salariée et parce que vous souhaitez développer votre propre projet.

1.1. Le produit ou le service proposé

Avant de devenir indépendant, vous devez d’abord prendre le temps de la réflexion. Si votre idée est atypique, qui seront vos futurs clients ? Risque-t-elle de faire des émules ? En revanche si votre projet est déjà bien implanté sur le marché, comment le rendre attractif ?

Questionnez-vous sur la conception de votre image de marque avec un nom d’enseigne, des valeurs et des produits ou des services novateurs. Votre créativité s’impose à ce moment-là afin de répondre aux besoins des prospects que vous ciblez.

1.2. Organiser son projet

Une petite astuce pour organiser votre projet : posez par écrit vos attentes, vos objectifs et votre savoir-faire. Sont-ils compatibles ? Selon les exigences de votre ambition, détenez-vous les ressources nécessaires ? Êtes-vous assez formé ? Ne serait-il pas judicieux de s’associer avec un collaborateur pour élaborer une structure juridique adaptée à votre idée ?

Ensuite, si vous êtes en activité, plusieurs options s’offrent à vous : prendre un congé de création, cumuler les 2 activités ou quitter votre emploi à l’aide d’une rupture conventionnelle (dans l’idéal).

Selon les réponses que vous apporterez à toutes ces questions, vous allez trouver des solutions pour que votre projet se réalise.

2. L’étude de marché : quelle stratégie commerciale élaborer ?

L’étude du marché consiste à élaborer un business model dans lequel vous allez cibler les clients potentiels, scruter la concurrence pour faire mieux qu’elle, lister les fournisseurs et comprendre la réglementation.

2.1. Le prévisionnel

Vos avantages concurrentiels déterminés, vous allez définir un chiffre d’affaires prévisionnel. Ce bilan est indispensable dans le cadre d’une création d’entreprise. C’est l’un des piliers du business plan. Il regroupe un ensemble d’indicateurs sous la forme de tableaux financiers qui développent vos prévisions de dirigeant sur les premières années. Cet outil de gestion est une base de travail qui comporte :

  • Un bilan de départ
  • Un compte de résultat
  • Un solde intermédiaire de gestion
  • Un budget
  • Un plan de financement
  • Des tableaux de trésorerie
  • Des ratios caractéristiques au projet initié (charges de personnels, taxes et impôts comme la Cotisation Foncière des Entreprises, besoins en fonds de roulement, etc.).

Si cela vous effraie, sollicitez l’accompagnement d’un professionnel juriste ou comptable. Ensuite, vous définissez une stratégie commerciale en rapport avec les besoins des clients et la zone de chalandise.

2.2. La zone de chalandise

Cela consiste à étudier les caractéristiques locales d’un futur point de vente avant de l’implanter. Cette localisation se décompose en 3 zones de distances, de la plus proche à la plus éloignée.

Son exploration consiste à analyser les entreprises du secteur ainsi que les comportements des consommateurs et leurs habitudes de vie.
Pour cela, utilisez les statistiques comme l’outil ODIL de l’INSEE, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques.

Cette étape projette une vue générale de ce qui existe déjà, et esquisse un contour des performances de votre future entreprise par rapport au marché.

3. Le Business Plan

Etude-de-marche-1

Incontournable pour déterminer la rentabilité d’une entreprise, le business plan informe de la viabilité du projet. Vous l’utiliserez pour convaincre vos partenaires et les investisseurs susceptibles de vous financer dans la création de votre entreprise. Il contient 3 volets :

  • une étude marché,
  • le prévisionnel,
  • une stratégie commerciale.

L’objectif de cette colonne vertébrale de votre projet réside dans l’estimation du potentiel client, du futur chiffre d’affaires et de la part du marché convoité.

4. Aides et financement

Pour rechercher des aides financières et décrocher des prêts bancaires, le business plan représente le document de référence pour le créateur d’entreprise.

4.1. La levée de fonds

Présentez-le à des investisseurs si vous voulez procéder à une levée de fonds. C’est une opération qui vise à augmenter le capital social d’une entreprise avec l’apport de fonds issus d’investisseurs qui, en contrepartie, obtiennent des parts sociales ou des actions. Ils deviennent associés dans le capital. Ils impulsent ainsi une accélération de la croissance de la société.

4.2. Le crowfunding

D’autres solutions existent : le crowdfunding est un financement participatif qui fait appel aux internautes. Ce principe vise à récolter des fonds auprès d’un large public par le biais de plateformes en ligne. Il prend la forme de :

  • Dons
  • Prêts rémunérés
  • Participations dans l’entreprise

Il sert aussi de levier pour demander des prêts d’honneur à taux zéro et sans garantie, des subventions ou un emprunt.

4.3. Les aides de l’État

Selon votre structure juridique, vous pouvez prétendre aux aides suivantes :

  • L’ACRE : Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise
  • L’ARCE : Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise.
  • Le CAPE : Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise
  • Le NACRE : Nouvel Accomagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise
  • Les aides à l’innovation
    .

5. Le choix du statut juridique

C’est encore une étape cruciale dans votre démarche. Choisir sa structure juridique implique une gestion particulière de la société, un régime fiscal et social, etc. Selon les possibilités d’évolution que vous envisagez, voici les différentes structures juridiques qui existent et qui impliquent le choix d’une personne physique ou d’une personne morale :

Les entreprises individuelles ou sociétés : personne physique

  • ME : Micro Entreprise
  • EI : Entreprise Individuelle
  • EIRL : Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée
  • EURL : Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée
  • SASU : Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle

Les sociétés dirigées par plusieurs associés : personne morale

  • SA : Société Anonyme
  • SAS : Société par Actions Simplifiée
  • SARL : Société à Responsabilité Limitée

6. Les formalités administratives de la création d’entreprise

Check-list-formalitees-administratives

Pour créer une société, plusieurs formalités administratives sont obligatoires :

  • Pour l’auto-entrepreneur

Ce statut juridique a le mérite de faciliter la vie d’un créateur d’entreprise, une déclaration d’activité sur le site de l’URSSAF, qui est le Centre des Formalités des Entreprises (CFE) des micro-entrepreneurs, suffit.

  • Pour toutes les autres structures juridiques :

Vous devez déposez des apports en numéraire sur un compte bloqué contre un certificat de dépositaire des fonds. Ils seront débloqués lorsque vous recevrez votre extrait Kbis et que vous le présenterez à la banque. Si des apports en nature sont prévus, un expert doit les évaluer. Si vous fondez une EURL, ajoutez une déclaration d’affectation des biens que vous incluez dans la société.

  • Dénomination sociale de l’entreprise

Afin de préserver l’originalité de votre idée, déposez une enveloppe Soleau auprès de l’INPI, l’Institut National de la Propriété Industrielle. Cela garantit l’authenticité de votre projet.

  • Rédaction des statuts de la société

Les statuts sont rédigés à partir des informations relatives à la société et sur son organisation (l’adresse du siège, le montant du capital social, sa structure juridique, les relations entre les associés et les modes de prises de décisions, les relations entre la société et les tiers). C’est un acte sous seing privé lorsqu’il est transcrit par les associés et un avocat. C’est un acte notarié si un notaire le signe.

  • Déposer une annonce légale au JAL

Le JAL est un Journal d’Annonces légales auprès duquel vous devez soumettre une annonce de création d’entreprise, c’est obligatoire.

  • Domicilier son entreprise

Domicilier son entreprise c’est choisir une adresse pour le siège social. Ce ne sera pas forcément l’adresse du lieu d’activité. Par exemple, les locaux de votre société se situent à La Rochelle. Pour gagner en prestige vous pouvez choisir une domiciliation à Paris. Cette adresse apparaîtra sur tous vos documents : extrait Kbis, devis, facture, etc.

Vous avez choisi la structure juridique de votre entreprise et vous avez rédigé les statuts, vous pouvez déposer votre dossier de création d’entreprise auprès de votre CFE.

Le plus simple est de le faire en ligne auprès du Registre du Commerce et des Sociétés, le RCS, si votre activité est de nature commerciale ; du Répertoire des Métiers, si votre activité est artisanale.

L’INSEE vous attribue un numéro SIREN que vous conserverez à vie et un numéro de SIRET (qui sera attribué à chaque entreprise. Un code APE (Activité principale Exercée) est inclus dans ces numéros.

  • Coût de la création d’une entreprise.

Il diffère selon sa structure juridique et la nature de son activité. Il comprend : l’immatriculation, l’annonce légale, la rédaction des statuts, le dépôt de la marque ou la signature du bail. Découvrez ici les frais de formalité pour créer votre entreprise.

7. Décollage du business

Une fois que vous avez reçu votre extrait Kbis avec vos numéros de SIREN, de SIRET et d’APE, vous informez les fournisseurs d’électricité, de gaz, d’eau, de téléphone et d’internet.

Vous avez aussi 3 mois pour adhérer à une caisse de retraite. Puis vous disposez de 5 mois pour adhérer à un Centre de Gestion Agréé (CGA). Cette adhésion est facultative. Le rôle d’un CGA est d’apporter une aide pour la gestion, la prévoyance, la formation et la fiscalité. De plus, cela octroie des avantages fiscaux pour les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu.

Boostez-votre-business

Communiquez sur votre société. Pour cela, développez une stratégie marketing :

  • Utilisez tous les canaux qui existent, créez un site web, un e-commerce, dotez-le d’un blog alimenté d’articles pertinents qui intéresseront votre cible.
  • Diffusez votre image par les réseaux sociaux, utilisez la qualité de diffusion des prospectus papier, alliés au digital, ils font fureur auprès des consommateurs (échantillonnages, bons de réduction, etc.).
  • Agrandissez votre réseau en postant régulièrement sur les réseaux professionnels.
  • Intégrez des clubs d’Entrepreneurs ou des pépinières ainsi vous multipliez les contacts et les échanges avec les pairs.

Votre check-list est complète, à vous de jouer ! Retrouvez tous nos conseils en création d’entreprise et en domiciliation de siège social.